1. Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m'appelle Laurent, 56 ans, habitant le Val-de-Marne et souvent en Normandie. D'où mon élection Mr Leather Normandie puis Mister Leather France en Mai dernier.
J'ai eu un accident de moto, il y a 33 ans, qui m'a rendu paraplégique incomplet, c’est-à-dire que je peux marcher un peu , mais par manque d’endurance et d’équilibre je dois utiliser un fauteuil roulant très souvent. D’où le surnom de « 4 roues » ou « Mister à roulettes ».
Durant les 15 dernières années je me suis consacrer à la pratique du canoë-kayak, en faisant mon possible pour faciliter son accessibilité aux personnes handicapées jusqu’à la pratique en compétition. Moniteur, dirigeant à de nombreux poste de mon club, je me suis très vite engagé dans la protection de l’eau, ainsi que sa gestion et son partage entre usager. Mon meilleur souvenir a été son aucun doute, ma collaboration au « Festival de l’Oh ! » et l'organisation d'activités nautiques pour tous et d'aider à la création de spectacle sur l'eau.
 

2. Est-ce qu'il a été difficile d'assumer ton fetish aux yeux des autres gays face à ta mobilité ?
J'ai évoqué lors du discours, que j'ai eu l'honneur de faire en clôture des « Jeux de l'Amour »¹, de la rudesse du « milieu gay », parfois trop attaché à l'apparence de l'autre et causant beaucoup de frustration et de mal-être notamment chez les plus jeunes. Fréquenter les bars, les boîtes de nuit ou les lieux de drague avec les béquilles n'a franchement pas toujours été facile. Le pire étant d'encaisser les regards distants et froids, ainsi que les nombreux rejets. Par contre, les rencontres quand même réalisées ont souvent été de grandes qualités me laissant de grands souvenirs et de réelles amitiés.
A contrario, mon accueil au sein de la communauté Fetish , en utilisant mon fauteuil, a été beaucoup plus simple, plus chaleureux et plus amical. Certes en 3 décennies la perception du handicap a évolué, les différentes lois d’accessibilité y ont contribué. J'ai moi-même évolué en assumant mes différences et en les utilisant comme avantages parfois. Mais j'ai sincèrement senti une plus grande bienveillance et une meilleure intégration parmi ceux qui iront jusqu’à me choisir comme le 1er Mister Leather France en fauteuil.
 

3. Qu'aimerais-tu pouvoir faire grâce à ton écharpe de Mister ?
Quand je disais , utiliser les différences comme avantages, c'est déjà en utilisant ma visibilité en fauteuil que je souhaite montrer aux autres personnes handicapées plus timides ou réservées que moi, qu'il faut franchir le pas et aller vers les autres pour favoriser notre intégration et nous faire connaître des personnes « valides ». C'est indispensable si nous souhaitons faire des rencontres amoureuses et/ou sexuelles. Le problème du handicap ne se limite pas à une question d'accessibilité, c'est aussi la difficulté de vivre notre sexualité et nos phantasmes.
Du fait d’être en fauteuil, les personnes me remarquent plus facilement et se souviennent mieux de moi, en bien ou en mal (sic), et cette visibilité , surtout quand je suis en cuir, hors milieu, est je pense aussi un moyen de mettre en avant le cuir comme une passion et non une perversion, comme certains le pensent encore.
Cette visibilité, en tant que Mister Leather en fauteuil, je souhaite aussi qu’elle puisse servir à lutter contre toutes les formes de phobies LGBTIQ+, de sérophobie et d'handiphobie , ainsi que pour aider à la prévention pour la santé sexuelle.
 

4. As-tu des projets artistiques ou associatifs suite à cette élection ?
Depuis mon élection, 7 mois ont passé, et certains de mes projets sont devenus réalité. J'ai pu collaborer avec l'association Enipse pour aider à transmettre les messages d'information et de prévention pour la santé sexuelle et en particulier les mise en garde de l'utilisation
dangereuse et mortelle des Chem's et autres drogues lors des rapports sexuels. Je souhaite intensifier cette collaboration et la continuité après mon mandat.
J’ai un projet avec les Séropotes pour aider à l’accepte ce de sa séropositivité et surtout à lutter contre la sérophobie.
Cette année, mon association, l'Asmf, organisait à Paris, le concours de Mister Leather Europe, où j'ai eu l'honneur d’être 2nd runner-up, our 2ème dauphin. Mais ma plus grande satisfaction a été d'avoir pu organiser une petite exposition avec des artistes photographes et peintres comme Nathalie Dumas et Serge Fox, qui est aussi Mister Leather Ile-de-France, ayant en commun la thématique du Fétichisme dans leurs oeuvres. Mais aussi en présentant des artisans de vêtements et d'accessoires cuir Fetish, comme Hard Concept et Monkey Sergeant qui sont uniquement sur internet et dont les réalisations méritent d’être vues, touchées et senties pour en apprécier toute la qualité et pour les phantasmer.
Je pense en effet que c'est aussi par l'art et la création de nos tenues que la communauté Fetish peut mieux se faire connaître et peut-être toucher de nouveaux adeptes. Aussi j'espère pouvoir organiser de nouvelles expositions-rencontres qui mélange art artisanat et fétichismes. Au pluriel, car j’essaie de contribuer à ce que #StrongerTogether² ne soit pas seulement un hashtag virtuel mais une réalité pour devenir #BetterTogether³.
C'est peut-être un côté Bisounours que certains me reprocheront, mais j’assume.
 

5. Quel est ce petit singe qui te suis partout?
Ah ! C'est mon porte bonheur ou plutôt mon ange gardien. La plus belle histoire de ma vie Fetish. Une brève rencontre ici, à la Mine, en mars dernier avec un couple qui avait de superbes vêtements en cuir, gilets et pantalons unique que je n'avais jamais vu. Dont l'un avec une « cicatrice » à la Frankenstein sur une jambe, exactement ce qu'il m'aurait fallu pour réparer mon pantalon en cuir découper par un pompier lors de mon accident. Jonny artisan créateur-designer des vêtements et accessoires cuir Monkey Sergeant à Londres et Steve, animateur de soirée Social Leather au Compton's Pub de Soho. Une amitié virtuelle sur un réseau social, et à partir de mon titre de Mister à Rouen, Jonny est devenu mon plus grand soutien et partenaire pour l’élection de Mister France et un partenariat complet pour le concours Européen. Mais c’est surtout une profonde et sincère amitié avec lui et son ami , et ce petit « monkey?»en est le symbole et est devenu ma mascotte. Il l’accompagnera ainsi à Chicago où je compte me présenter à l’International Mister Leather contest fin main prochain.

TOUTES LES PHOTOS SUR
www.PODRIM.com

-
POWERED by

-
Ancien Site